Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 09:32

Un des vestiges les plus connus de l'ancienne seigneurie de Meslon est sans conteste le colombier monumental dont les ruines s'élèvent à quelques dizaines de mètres des murs de l'ancienne forteresse.
Aucun acte ne permet de dater la construction de ce colombier mais les moulures de la porte d'entrée permet de proposer le XVe siècle comme origine la plus probable.
La tour s'élève sur une terrasse compensant la déclivité du terrain. Une seconde terrasse légèrement plus basse était consacrée à la culture d'un potager certainement fumé par les déjections des volatiles. Les deux terrasses étaient encloses de murs.
L'originalité de ce pigeonnier tient autant à ses dimensions qu'à son ancienneté. D'un diamètre intérieur de neuf mètres environ, il était garni de plusieurs centaines de niches à pigeons, la plupart maçonnées avec des pierres plates. Quelques pots ont été scellés dans le mur. La ruine du monument ne permet pas de connaître le nombre originel de niches.
Un sondage dans le sol du colombier prouve que la toiture primitive ne s'est pas effondrée car il n'y a aucun niveau de tuiles apparent. Le plus probable est que le toit a été démonté pour être réutilisé pour l'équipement des bâtiments alentours. Plusieurs pièces de charpente portant des traces de mortaises ont resservi pour la couverture de l'ancien corps de logis, et beaucoup de tuiles d'un modèle primitif ont été réemployées dans les couvertures.
Ce pigeonnier disproportionné à la taille de la seigneurie est une énigme. Meslon était une propriété de taille très modeste et on peine à comprendre comment étaient nourris les nombreux oiseaux qui devaient être élevés sur place, d'autant plus qu'il existait un autre colombier, certes de taille beaucoup plus petite, dans l'ancienne seigneurie de Cortel, à un ou deux kilomètres plus au nord. Dans les rares pièces d'archives disponibles sur Meslon, aucune mention n'est faite de cette ancienne activité d'élevage.


Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans moyen-âge
commenter cet article
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 17:44

C'est dans le chartrier de l'ancienne abbaye cistercienne de Bussière que figure la plus ancienne mention écrite d'une présence humaine à Meslon. 
C'est à l'occasion de la donation accordée par Petrus Bergat d'une terre proche de Meslon aux moniales de Bussière qu'est consigné un des plus ancien censier de la région. Parmi les habitants soumis à l'impôt seigneurial apparaît un nommé Roset de Melon.
Le contexte local permet de supposer que Pierre Bergat fut le premier seigneur de Meslon, avant qu'il ne vende sa terre au premier représentant de la famille Barbarin. La terre offerte à l'abbaye de Bussière peut être facilement située sur le plateau au nord de la forteresse grâce à un acte largement postérieur, par lequel les moniales échangent leur revenus en grain contre une somme fixe versée par un des chevaliers de Meslon.
C'est dans cet acte qu'est mentionné pour la première fois l'existence d'Ainay-le-Vieil, aux alentours de 1189. 
Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans moyen-âge
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 22:30

Un croisement des sources (cadastre, photographie aérienne et observations sur le terrain) permet de reconstituer le principe défensif adopté au Moyen-âge pour la défense du site de Meslon. Au centre du dispositif se trouvait une micro-forteresse qui a connu plusieurs phases de construction, mais qui évolue vers une enceinte fortifiée en partie entourée par une douve, percée d'une porte de pont-levis vers le nord, et flanquée de deux petites tours rondes au sud, dans une partie trop élevée pour être noyée par les eaux du ruisseau qui alimentait le fossé. L'originalité du site tient dans l'existence d'une grande enceinte formée d'une levée de terre de plusieurs mètres de haut, probablement palissadée à l'origine, qui permettait aux défenseurs de s'élever à hauteur du plateau dominant la vallée, neutralisant les risques de se voir harcelé par des tirs de projectiles lancés des champs voisins. Cette enceinte très particulière avait une forme polygonale encore bien visible dans la forme des parcelles cadastrales.

Il n'existe pas, à ma connaissance, d'autres enceintes similaires dans la région.

 

Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans moyen-âge
commenter cet article
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 08:06


Il est difficile de trouver un qualificatif adapté à la situation architecturale de l'ancien château de Meslon, tant ses dimensions sont modestes par rapport, pour ne prendre que ce simple exemple, au château voisin d'Ainay-le-vieil. Le terme de micro-forteresse semble le plus juste.

Cet ensemble a évolué tout au long de son occupation et certains remaniements ont effacé presque toute trace des aménagements défensifs antérieurs. La construction actuelle comprend les vestiges d'une enceinte probablement XIIIe flanquée de deux tours, dont une presque rasée et d'une porte de pont-levis XVe. Un ancien corps de bâtiment XVe est visible sur la face nord. Un ensemble aussi important a été abattu sur la face est pour y reconstruire une maison berrichonne traditionnelle sans doute au XVIIe siècle. Nous y avons retrouvé le départ d'une vis d'un grand escalier et des traces de murs dans la cour lorsque nous avons fait enfouir une citerne de propane, preuves de la présence d'un grand logis à cet endroit. Un puits médiéval a été retrouvé dans la cour intérieure

 lors des travaux d'adduction d'eau. Plusieurs traces de constructions antérieures sont repérables et seront développées dans les articles suivants.

A l'extérieur, bien visible sur le cadastre et les photographies satellite demeure une grande enceinte de terre polygonale, à l'origine certainement palissadée. La défense de l'ensemble est complétée par une douve alimentée par le ruisseau dit "de Meslon".

A ceci s'ajoutent un gros pigeonnier du XVe, un jardin enclos de murs, une levée d'étang en amont du ruisseau, un ancien moulin dont le bief était constituée par un autre étang alimenté par le ruisseau, et d'une bâtisse XVe relevant d'une autre propriété que la seigneurie de Meslon proprement dite, enclose de murs et conservant les vestiges d'une tour carrée. 

Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans moyen-âge
commenter cet article
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 08:02

Bienvenue dans un espace expérimental consacré à l'archéologie, l'histoire et l'environnement naturel d'un lieu-dit nommé Meslon, au sud du département du Cher.

Pourquoi ce choix et pourquoi la démarche rédactionnelle est-elle expérimentale?

D'abord parce que, il y a dix-huit ans, j'ai décidé de m'y fixer, soit à huit kilomètres de mon lieu de naissance, que je suis historien, que j'ai passé des milliers d'heures à parcourir la région en quête de vestiges archéologiques depuis que je suis gamin et que pour moi Meslon représentait une sorte d'énigme. Un gros pigeonnier médiéval visible de la route, une ruine disparaissant sous les lierres et les ramures de saule. Si bien que l'occasion se présentant d'acquérir ce bien avec un peu de terrain autour, nous avons décidé de nous lancer dans l'aventure et d'acheter les restes de l'ancienne forteresse. En dix-huit ans, les petites découvertes se sont succédées (nous cherchons hélas encore le fabuleux trésor qui doit bien se cacher quelque part), complétant ce que j'avait déjà relevé des années auparavant dans les champs cultivés et les alluvions du Cher, rivière toute proche.

La démarche est expérimentale, parce que j'ai l'habitude de travailler en Histoire médiévale sur la société féodale en Berry, de recouper des milliers de données pour essayer d'éclairer à ma mesure les liens d'homme-à-homme à l'époque des Croisades. A Meslon, il s'agit de micro-observations de l'ordre de la toponymie, de l'archéologie préhistorique, gallo-romaine ou médiévale, d'objets isolés hors contexte archéologique, de remarques sur la faune qui hante les alentours que j'ai décidé des rassembler sous formes de fiches, espérant que ces informations globalement ou séparément seront utiles à d'autres chercheurs et curieux du patrimoine et de la nature. Je suis encouragé dans cet espoir par les excellents contacts que j'ai noué par les passé avec des préhistoriens qui avaient compris que l'archéologie n'est pas qu'une affaire de fouilles scientifiques et peut progresser grâce à des découvertes isolées effectuées par des amateurs. 

L'autre expérience va être d'évaluer l'intérêt du public pour une démarche monographique, ayant en tête un jour ou l'autre de tout rassembler dans un petit ouvrage de manière à ce que mon travail ne s'éteigne pas totalement un jour avec moi.

Peut-être ce blog encouragera t-il d'autres propriétaires de lieux marqués par l'histoire à partager leurs constatations et à valoriser par des initiatives identiques le petit patrimoine dont la richesse est encore loin loin d'être correctement évaluée.

Il va sans dire que celui ou celle qui aurait la naïveté de se croire autorisé(e) à venir sur les propriétés citées dans ces articles, sous prétexte du contenu de ce blog, pour chercher à y acquérir des objets, par achat ou prospection clandestine, sera invité(e) sans diplomatie particulière à passer son chemin!

 
Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans moyen-âge
commenter cet article

Présentation

  • : Le livre de Meslon
  • Le livre de Meslon
  • : étude de l'environnement archéologique, historique et naturel d'un lieu-dit en vallée du Cher.
  • Contact

visites


Visitor Map
Create your own visitor map!

 

  39600 visiteurs sont venus se promener autour de Meslon. Merci de leur visite!

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au Moyen-âge.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme;
- maisons-closes et prostitution en Berry avant 1946 (conférence déconseillée à un public mineur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr (#=@ / pour limiter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

NON aux éoliennes géantes


Non aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles en Berry du Sud!
Investissons dans des micro-centrales hydroélectriques sur les cours d'eau de la région.

Berry Médiéval

BM LOGO

Mon blog principal, consacré à l'histoire et au patrimoine du Berry et du Bourbonnais au Moyen-âge.

Les ânes de Meslon


Meslon est, en plus de son aspect historique et patrimonial, un lieu d'élevage d'ânes Grand Noir du Berry, qui portent ce toponyme comme affixe. Vous pouvez les retrouver sur le lien suivant: 
les ânes de Meslon

Histoire et cartes postales

paysan-ruthène

 

Mon nouveau blog, orienté sur le partage de photos et cartes postales anciennes pouvant être utiles à l'historien. Des photographies récentes illustrent des évènements contemporains.

A consulter sur le lien suivant:

Cartes postales et photographies pour l'Histoire