Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 17:44

C'est dans le chartrier de l'ancienne abbaye cistercienne de Bussière que figure la plus ancienne mention écrite d'une présence humaine à Meslon. 
C'est à l'occasion de la donation accordée par Petrus Bergat d'une terre proche de Meslon aux moniales de Bussière qu'est consigné un des plus ancien censier de la région. Parmi les habitants soumis à l'impôt seigneurial apparaît un nommé Roset de Melon.
Le contexte local permet de supposer que Pierre Bergat fut le premier seigneur de Meslon, avant qu'il ne vende sa terre au premier représentant de la famille Barbarin. La terre offerte à l'abbaye de Bussière peut être facilement située sur le plateau au nord de la forteresse grâce à un acte largement postérieur, par lequel les moniales échangent leur revenus en grain contre une somme fixe versée par un des chevaliers de Meslon.
C'est dans cet acte qu'est mentionné pour la première fois l'existence d'Ainay-le-Vieil, aux alentours de 1189. 
Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans moyen-âge
commenter cet article
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 08:33

La plus étonnante découverte faite autour de notre maison à ce jour provient des remblais de démolition de l'ancienne demeure seigneuriale qui encombrent l'ancienne douve. Il y a quelques années, des précipitations exceptionnelles ont fait monter de manière inquiétante le niveau du ruisseau qui alimentait l'ancien fossé défensif, ce qui m'a contraint de libérer une partie de la retenue. Le ravinement du courant a dégagé l'angle du pierre manifestement sculptée. Son extraction a révélé sur une face un très beau motif floral et surtout, sur la partie convexe du vestige, des armoiries à ce jour inédites, ou du moins introuvables dans la littérature de base consacrée à l'héraldique régionale.
Les puristes en la matière me pardonneront ma méconnaissance du registre propre à leur science. La surface du blason est séparée en deux. La moitié droite ne porte aucun motif, mais son bord est dentelé. La moitié gauche conserve un superbe profil de personnage masculin barbu, aux longs cheveux noués, buste tourné vers la gauche, dans le goût des sculptures de la Renaissance. L'ensemble est sculpté sur un calcaire très fin, et a dû servir de corbeau de poutre ou de cheminée.
L'identification du propriétaire est pour l'instant hasardeuse, mais l'attribution du motif à la famille Barbarin, qui a occupé Meslon pendant cinq siècles, évidente. Les Barbarin, petite famille de chevaliers, ont vécu à Meslon et à Chandon, entre Ainay-le-Château et Île-et-Bardais du XIIIe au XVIIIe siècle, et ont transformé l'ancienne forteresse féodale en un hôtel particulier fortifié à la fin de la Guerre de Cent ans. Le blason retrouvé appartient à l'un d'entre eux. Il est intéressant de signaler un autre blason, plus simple, mais trouvé presque dans les même circonstances, sur un grand linteau de porte jeté lui aussi dans le ruisseau. Cette sculpture porte un motif à trois fleurs de lys, très dégradées, manifestement XIVe ou XVe, qui sera l'objet d'un article ultérieur.


    
Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans période moderne
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 22:30

Un croisement des sources (cadastre, photographie aérienne et observations sur le terrain) permet de reconstituer le principe défensif adopté au Moyen-âge pour la défense du site de Meslon. Au centre du dispositif se trouvait une micro-forteresse qui a connu plusieurs phases de construction, mais qui évolue vers une enceinte fortifiée en partie entourée par une douve, percée d'une porte de pont-levis vers le nord, et flanquée de deux petites tours rondes au sud, dans une partie trop élevée pour être noyée par les eaux du ruisseau qui alimentait le fossé. L'originalité du site tient dans l'existence d'une grande enceinte formée d'une levée de terre de plusieurs mètres de haut, probablement palissadée à l'origine, qui permettait aux défenseurs de s'élever à hauteur du plateau dominant la vallée, neutralisant les risques de se voir harcelé par des tirs de projectiles lancés des champs voisins. Cette enceinte très particulière avait une forme polygonale encore bien visible dans la forme des parcelles cadastrales.

Il n'existe pas, à ma connaissance, d'autres enceintes similaires dans la région.

 

Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans moyen-âge
commenter cet article
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 08:15


Certains animaux attirent plus l'œil que d'autres surtout quand ils donnent l'impression de reconquérir leur place dans l'environnement naturel. Depuis plusieurs années, le petit secteur de rivière que je fréquente régulièrement voit lentement revenir des espèces qu'on n'observait presque plus. Castors, vairons, libéllules, rainettes, papillons profitent peut-être enfin des stations d'épuration et de la réduction des épandages de produits chimiques dans les champs. Ce léger mieux doit nous encourager à être toujours plus vigilants sur notre impact personnel et collectif sur le milieu.


Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans faune
commenter cet article
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 12:22


Il demeure à Meslon un très intéressant souvenir de la première révolution industrielle. Ecoutant quelques suggestions, il a été possible de conserver une des arches du pont métallique sur le Cher, construit à la fin du XIXe siècle et détruit en 1994 pour laisser la place à un ouvrage moderne de béton plus adapté aux impératifs économiques du temps.
Cette arche a pour l'instant échappé à l'indélicatesse des ferrailleurs clandestins mais tombe peu à peu dans l'oubli. Outre l'intérêt technique du montage de l'ouvrage, riveté à chaud, ce vestige présente une remarquable série de signatures autographes des ouvriers qui ont réalisé l'ouvrage, et qui ont laissé modestement le témoignage de leur travail pour la postérité. 
Ce petit patrimoine mérite d'être connu et protégé.

 
Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans histoire récente
commenter cet article
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 07:34


Cette pièce céramique est citée à titre anecdotique, faisant partie de ces curiosités qui peuvent représenter le quotidien de la prospection à vue sur les bords de rivière.
Il s'agit de la partie supérieure d'un petit bénitier de réalisation soignée, possédant encore l'amorce de deux trous de suspension. Ce tesson a été trouvé entre Urçay et Meslon, au lieu-dit la Maillerie. Il semble avoir peu roulé dans la rivière. La représentation naïve du Christ en croix est assez intéressante et justifiait à elle seule de ne pas laisser cet objet se corrompre encore plus.
Si un des lecteurs parcourant ce blog avait une suggestion pour localiser la provenance de cette céramique et une idée de sa datation, je lui serais reconnaissant de m'aider dans pour une identification qui dépasse mon univers de préhistorien et de médiéviste. 
Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans période moderne
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 08:49

Les années soixante-dix et quatre-vingt ont été très favorables pour la recherche préhistorique. Le lit du Cher était alors un lieu où se ramassaient une abondance d'outils et même quelques pièces osseuses de faune quaternaire. La grande crue de 1977 et l'extraction de granulat par les sablières vidant la rivière de ses alluvions ont favorisé de grandes transitions de sédiments vers l'aval, assurant un renouvellement permanent des bancs de graviers découverts à chaque baisse des eaux. La diminution sensible de la force des crues et surtout la fermeture des gravières qui puisaient sans compter dans une ressource fragile ont stabilisé le cours du Cher. Le nombre de découvertes d'objets préhistorique par prospection à vue s'en est trouvé affecté, et aujourd'hui, plus d'une sortie au bord de la rivière se solde par de très maigres récoltes.

C'est ce qui donne toute sa valeur à un objet rare trouvé sur une plage entre Meslon et la Tranchasse. repéré à cause de sa couleur insolite au milieu des cailloux plutôt clairs. Il s'agit d'une petite dallette de pierre noire, semblable à celles qu'on trouve sur les bords de l'Allier, d'une forme imitant les lames de hache, partiellement polie sur son "tranchant" et sur sa face convexe, et présentant deux amorces de perçage. Sur la face convexe, le travail est juste ébauché mais sur la face concave, le trou est profond d'environ trois millimètres et trépané en cône. La pièce fait environ 5,5 cms de haut et environ 3,5 cms dans sa plus grande largeur, son épaisseur est inférieure à un centimètre.

La qualité du travail de polissage exclut de classer cet objet dans la catégorie du matériel de pêche, comme contrepoids de filet, par exemple. Il semble bien qu'il s'agisse de l'ébauche d'un pendeloque, probablement préhistorique, mais en l'absence de tout contexte archéologique, la datation est hasardeuse. 

 

 

 

      

 

Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans préhistoire
commenter cet article
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 10:11


Quelques fragments de faïences nivernaises comparables à ce qui a été trouvé sur le chantier de fouilles de Montrond se trouvaient dans le puits de la cour.
Le plus significatif est un fond d'assiette sur lequel on peut distinguer un oiseau en vol. 

 
Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans période moderne
commenter cet article
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 09:33


Lors des travaux d'adduction d'eau, la mini-pelleteuse employée à creuser une tranchée a mis au jour un curieux cercle de terre plus sombre que la moyenne du terrain, qui s'est révélé être l'ouverture d'un puits comblé de remblais. Aidés par quelques proches, nous avons entrepris son curage autant par curiosité que pour se doter d'un éventuel point d'eau supplémentaire pour les besoins du jardin. Quelques surprises nous attendaient. Ce puits, indatable en l'état, est construit en appareil de très grande qualité, à savoir des pierres de taille en grès identiques à celles qui ont été employées pour la porte du pont-levis. Son diamètre est d'environ 90 cms. Sa profondeur est inconnue (nous avons cessé son nettoyage lorsque fut atteinte la nappe phréatique, à environ 4 mètres). Le niveau de la nappe est très variable en fonction de l'importance des précipitations, ce qui est peut-être à l'origine de son abandon. On peut supposer une communication avec le ruisseau, car on y observe des petites crevettes. L'un des intérêts d'un curage manuel a été de dater le comblement du dispositif. La cheminée du puits était remplie de déblais contenant de nombreux objets domestiques, dont des céramiques datables du XVIIe siècle, répandues à des profondeurs variables, ce qui indique qu'un tas de terre contenant des déchets a été versé dans ce puits en une seule fois. Entre autres objets remontés à la surface: des céramiques nivernaises, un carreau de verre de fenêtre, une hache néolithique taillée, en silex des alentours de la Perche (relief d'un ancien briquet), des os de cuisine. Le puits est aujourd'hui à nouveau ouvert grâce à l'ajout d'une margelle de récupération en pierre de la Celle, dont le diamètre légèrement inférieur s'est adapté à l'ouverture de l'ancien aménagement.
Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans période moderne
commenter cet article
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 10:07
C'est à l'occasion de prospections archéologiques sur les bords du Cher que m'avait été donné, il y a quelques années, l'occasion de constater la présence de castors dans l'ancienne sablière de Vougon-Marigny, près de Saint-Amand. L'information, communiquée à m. B. Jamet, maire de Drevant, avait été relayée auprès de l'Office National de la Chasse, qui gère la surveillance des lieux de vie de cette espèce protégée. En 2007, entre Drevant et la Tranchasse, une petite branche de saule, taillée de manière bizarre, avait attiré mon attention. Au même endroit, en cet été 2008, j'ai pu relever les traces d'une forte activité de ce mammifère sous forme de petits troncs de saules taillées en pointe de crayon et d'un gros saule, couché par une crue, partiellement écorcé. Un nouveau site, plus en amont, à quelques centaines de mètres du pont de Meslon, montre que l'animal poursuit son exploration du lit du Cher et se rapproche d'un de ses anciens habitats historiques, comme en témoigne le toponyme "Beuvron", entre Urçay et la Perche. Le manque complet d'entretien des rives de la rivière dans certains secteurs favorise certainement sa reconquête d'une zone dont il avait été éradiqué depuis plusieurs siècles.
Fin août, une nouvelle inspection du site montre une augmentation significative de l'activité de ces mammifères sur le site repéré en fin d'été. Les marques de leur passage étaient toutes fraîches et des traces relevées dans la vase semblent beaucoup trop grandes pour de simples ragondins, qui abondent sur les rives de la rivière. 
 

    
Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans faune
commenter cet article

Présentation

  • : Le livre de Meslon
  • Le livre de Meslon
  • : étude de l'environnement archéologique, historique et naturel d'un lieu-dit en vallée du Cher.
  • Contact

visites


Visitor Map
Create your own visitor map!

 

  39600 visiteurs sont venus se promener autour de Meslon. Merci de leur visite!

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au Moyen-âge.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme;
- maisons-closes et prostitution en Berry avant 1946 (conférence déconseillée à un public mineur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr (#=@ / pour limiter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

NON aux éoliennes géantes


Non aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles en Berry du Sud!
Investissons dans des micro-centrales hydroélectriques sur les cours d'eau de la région.

Berry Médiéval

BM LOGO

Mon blog principal, consacré à l'histoire et au patrimoine du Berry et du Bourbonnais au Moyen-âge.

Les ânes de Meslon


Meslon est, en plus de son aspect historique et patrimonial, un lieu d'élevage d'ânes Grand Noir du Berry, qui portent ce toponyme comme affixe. Vous pouvez les retrouver sur le lien suivant: 
les ânes de Meslon

Histoire et cartes postales

paysan-ruthène

 

Mon nouveau blog, orienté sur le partage de photos et cartes postales anciennes pouvant être utiles à l'historien. Des photographies récentes illustrent des évènements contemporains.

A consulter sur le lien suivant:

Cartes postales et photographies pour l'Histoire