Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 10:39

prostituées3

 

Ce sont des dizaines de petites photographies d’identité, collées à la gomme arabique sur un cahier. Case par case, nous découvrons des visages de femmes, toutes entre 20 et 45 ans, unies par un même et commun destin: prostituées au Petit moulin rouge, rue du Cheval Blanc, à Saint-Amand.

prostituées2

 

Ne me demandez pas comment ce registre est un beau jour arrivé à la rédaction du quotidien local le Berry républicain. Prêté par un collectionneur, sauvé d’une benne à papier où ont fini tant d’archives contemporaines, j’ai eu la chance de pouvoir le feuilleter entièrement et, plus que les informations sociologiques qui auraient du attirer mon regard d’historien, ce sont d’autres regards qui m’ont happé. Des regards joyeux, mutins parfois, indifférents, résignés, effondrés, ceux de filles, de femmes, venues vendre leur corps ou leur force de travail sous les ordres de mme Olga, dont la devise, afin que chacun puisse rentrer chez lui l’attitude, à défaut de la conscience, tranquille, était “ discrétion, sécurité”.

prostituées6

 

Elle arrivaient en train, pas grand chose dans leur petit bagage, jamais pour très longtemps, passant d’une maison close à l’autre. Le rituel était toujours le même, les regards ironiques des employés de la gare quand elles demandaient le chemin du commissariat, les coups d’œil à la dérobée des gens croisés sur le trottoir, l’ouverture du registre par le fonctionnaire de police, la déclinaison de l’identité, de l’âge, de l’état civil, l’avœu de la dernière adresse, presque toujours un bordel, la remise de la petite photo d’identité, commandée chez un photographe là-bas, il y a  longtemps, et dont on a tout un paquet dans une petite enveloppe, et puis à nouveau la rue, les regards et enfin les deux marches pour sonner à la porte et se présenter à la sous-maîtresse. Là, visite des salons et des chambres, l’odeur de tabac froid, le rendez-vous annoncé avec le médecin, un homme, chargé du suivi vénérien des pensionnaires, un coup d’œil bref sur les sanitaires. L’eau, tirée au puits, c’est le travail des femmes à tout faire, les vieilles, celles dont les clients ne veulent plus, et qui n’ont pas eu la chance de se trouver un mari parmi leurs anciens clients célibataires. Elles aussi ont dû laisser leurs papiers au commissariat, dans la chemise rangée dans le même tiroir que le registre.

protituées1

 

D’où venaient-elles? Fiche par fiche se dessine une géographie de la misère. Bretonnes, normandes, filles du Nord ou du Sud-Ouest, parisiennes -mais depuis combien de temps?- quelques unes venues de Marseille, de Bourgogne, de l’Est. On en croisait même qui avaient franchi la, ou les mers, pour venir en métropole. Corse, Afrique du Nord, même une Guadeloupéenne, qui, pour donner un peu d’exotisme aux fantasmes de ses habitués, se faisait surnommer Zouzou. Une allemande, au beau nom prussien, égarée en France après la crise, loin des bruits de bottes et des aigles sur les casques, amuse les hommes, surtout ceux qui ont fait la guerre, avec son accent. Un autre point commun entre elles: le train, ce train qui leur avait donné un moment l’illusion de fuir la misère des campagnes pour trouver un gentil mari dans une ville où, forcément, tout aurait été mieux. Puis les quelques sous au fond du mouchoir cousu dans le pli de la poche qui fondent dans des garnis miteux, des caboulots aux soupes claires et bientôt l’angoisse de n’avoir plus rien. La prostitution n’est pas la porte de sortie, juste un moyen de continuer un peu. Et puis il y a ces mal-mariées, ces femmes qui ne supportent plus les coups et les odeurs de vinasse et de linge sale, qui ont fui leurs maris, quand ce ne sont pas eux qui les ont mises au travail sur le trottoir. Certaines ont des enfants, confiés à une mère, à une cousine en campagne, dont elles ne parlent presque jamais, que seule une photo dans le porte-cartes et le petit mandat mensuel donnent le sentiment de rester leur mère.

prostituées4

 

Que sont-elles devenues? L’immense majorité dérive d’une maison close à l’autre, suivant des flux mystérieux sur lesquels le registre ne donne aucune information. Certaines prennent du grade, et perdent alors ce qu’un policier saint-amandois appelle leur “nom de guerre”, en devenant sous-maîtresses, pour ne pas dire contremaîtres. On les désigne par leur état-civil, leur surnom tombe dans l’oubli. D’autres abandonnent ce que le langage populaire appelait “le pain de fesses” pour servir de bonnes dans les maisons de tolérance. De filles soumises, elles deviennent bonnes à tout faire, pas sûr que ce destin soit plus enviable que le précédent.
La maladie est là, et ronge. Katie et Dolly, sans doute victimes du même mal qu’on disait “français”, à une époque, sous les ordres du docteur F., sont envoyées à l’hôpital pour y subir des “soins spéciaux”. La pénicilline fait des miracles et beaucoup ressortent guéries, jusqu’à la prochaine fois.
Certaines fuient leur condition par le haut. France X, dite Loulou, avait  22 ans quand, après être passée par les maisons de tolérance de Bourges, de Dun-sur-Auron puis de Saint-Amand, elle revint à Bourges comme doctoresse au dispensaire d’hygiène social (sic). Un destin à la Céline, qui écrit Mort à crédit à peu près au même moment.
D’autres terminent de façon sordide. Paulette, 32 ans, prostituée à Saint-Amand, passée sous-maîtresse à Nevers, succombe sous les quatre coups de revolver tirés par son amant, dit “Bébé”, dans le claque dans lequel elle officiait. Je laisse au lecteur le soin d’imaginer ce qui poussa cet homme -amoureux désespéré? proxénète à la petite semaine? fou homicide? à commettre l’irréparable.
Toutes ces tranches de destin sont là, poignantes pour qui veut bien y regarder sans esprit de gaudriole, dans ce petit cahier aux pages jaunies, biffées de rouge ou de bleu à chaque départ.
Merci au propriétaire du registre, qui, je l’espère, ne m’en voudra pas trop d’avoir ainsi pillé une partie de son trésor, et à Valérie Mazerolle, journaliste au Berry républicain, sans laquelle je n’aurais sans doute jamais eu l’opportunité de feuilleter cette archive, et dont les éclairages d’historienne contemporaniste ont été très utiles pour le médiéviste que je suis.

 

prostituées5

 

 

Prostituierte zu Hause-close "Der kleine rote Mühle"

Prostitutes at home-close "The little red mill"

Las prostitutas en el hogar de cerca "El molino rojo pequeño"

Prostituáltak otthon-közeli "A kis vörös malom"

Le prostitute a casa-close "Il mulino rosso"

Prostituees thuis-close "De kleine rode molen"

Prostytutki w domu zamknąć "małego młyna czerwoną"

Prostitutas em casa de perto "moinho O pouco vermelho"

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans histoire récente
commenter cet article

commentaires

Anne 06/10/2014 21:34

Bonjour j'ai en ma possession un registre je voulais échanger avec vois a ce sujet

olivier Trotignon 11/10/2014 08:11



Volontiers. Je vous donne mon adresse par mail privé.



laurence bernard 06/08/2012 09:49

Merci pour votre réponse et nous sommes voisins du Cher , j'habite Baugy, d'ou mon intérêt.Laurence Bernard

laurence bernard 04/08/2012 12:20

Bonjour et merci pour votre réponse rapide, n'hésitez pas à m' envoyer une invitation lorsque vous aurez la date de votre conférence et je vais essayer de me procurer le numéro 101 du Berry
magazine, je pense en bibliothèque. Je ne sais pas encore trop pourquoi mais le sujet m'intéresse, un travail plastique peut être ou une simple recherche personnelle... c'est juste un sentiment , à
bientôt pour la conférence, vous avec mon mail . Laurence Bernard

olivier Trotignon 04/08/2012 20:19



Les photographies sont saisissantes. Il y a des regards d'une incroyable intensité dans les images que ces femmes laissaient au commisariat à leur arrivée en ville, mais c'est un matériel très
délicat à traiter pour un historien, car des filles d'aspect plus neutre attirent moins l'attention tout en étant tout aussi importantes à étudier.


Renseignez vous aux Archives départementales de votre département. Il n'est pas impossible que ce genre de document existe près de chez vous.


Cordialement,


O. Trotignon



Laurence Bernard 03/08/2012 11:16

Bonjour , je viens de découvrir cet article par un lien sur facebook , je suis plasticienne et travail beaucoup autour de la femme. (tout n'est pas sur mon site) Avez-vous encore ce registre avec
vous ? avez vous donnez une suite ? y-a-t-il eu un travail autour de cela ? je serais heureuse de pouvoir en parler avec vous, merci pour votre réponse
Laurence Bernard

ai du rendre à son propriétaire 04/08/2012 11:50



Bonjour et merci de votre intérêt pour mes travaux.


Ce registre est une archive privée que j'ai du rendre à son propriétaire. Elle n'est pas communicable du fait que tout l'état-civil des pensionnaires est détaillé et que nous devons respecter
l'anonymat de ces personnes. Je n'utilise que les surnoms pour parlerdes cas individuels.


J'ai publié un article sur la question dans le trimestriel Berry magazine n°101 et prépare une conférence sur le sujet, en partie pour tester sur des données récentes mes méthodes de travail de
médiéviste, en partie pour l'histoire locale, et en partie aussi, il faut le reconnaître, pour aider mes auditeurs à mieux percevoir la réalité objective des maisons-closes de province, loin des
clichés égrillards et du folklore habituel autour de la question. J'espère que ceci ne sera pas, dans l'un ou l'autre cas, un échec.


Bien à Vous,


O. Trotignon



Nadège 12/07/2011 19:34


Je n'imaginais même pas qu'il y ait eu une maison close à st Amand.
Ces visages, ces yeux...
C'est bien de les avoir sorti de l'oubli


olivier Trotignon 12/07/2011 19:58



Une vraie étude serait plus instructive que ces quelques lignes, et j'avoue ne pas avoir été très rigoureux dans mon choix de portraits, mais il y a des regards qui vous atteignent plus que
d'autres.


Merci pour votre visite,


O. T.



Présentation

  • : Le livre de Meslon
  • Le livre de Meslon
  • : étude de l'environnement archéologique, historique et naturel d'un lieu-dit en vallée du Cher.
  • Contact

visites


Visitor Map
Create your own visitor map!

 

  39600 visiteurs sont venus se promener autour de Meslon. Merci de leur visite!

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au Moyen-âge.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme;
- maisons-closes et prostitution en Berry avant 1946 (conférence déconseillée à un public mineur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr (#=@ / pour limiter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

NON aux éoliennes géantes


Non aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles en Berry du Sud!
Investissons dans des micro-centrales hydroélectriques sur les cours d'eau de la région.

Berry Médiéval

BM LOGO

Mon blog principal, consacré à l'histoire et au patrimoine du Berry et du Bourbonnais au Moyen-âge.

Les ânes de Meslon


Meslon est, en plus de son aspect historique et patrimonial, un lieu d'élevage d'ânes Grand Noir du Berry, qui portent ce toponyme comme affixe. Vous pouvez les retrouver sur le lien suivant: 
les ânes de Meslon

Histoire et cartes postales

paysan-ruthène

 

Mon nouveau blog, orienté sur le partage de photos et cartes postales anciennes pouvant être utiles à l'historien. Des photographies récentes illustrent des évènements contemporains.

A consulter sur le lien suivant:

Cartes postales et photographies pour l'Histoire