Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 19:19

Trudaine-1

 

L’organisation des communications dans la portion de vallée du Cher qui va de Montluçon à Saint-Amand-Montrond a connu quelques importantes évolutions depuis l’Antiquité.
Comme nous l’expliquions dans un précédent article consacré au site cultuel gallo-romain de Drevant, il existe de nombreux indices qui invitent à penser, contrairement à une idée trop facilement reçue, que la voie antique qui desservait la vallée du Cher était tracée sur la rive gauche de la rivière, évitant, comme dans d’autres sites comparables en Gaule, le complexe religieux formé par Drevant. Subissant un quelconque tabou institué par le clergé antérieur à l’invasion romaine, les routes évitaient en effet les sites consacrés aux cultes indigènes. Absentes sur la rive droite de la rivière, les fondations romaines et médiévales se rencontrent régulièrement le long d’un axe menant d’Allichamps, où la voie coupait le Cher, à Montluçon. La rive droite, sans être complètement déserte, parait nettement moins peuplée. Jusqu’au XVIe siècle, les principales foires, comme en témoigne le géographe Nicolas de Nicolaÿ, se tiennent sur la rive gauche du Cher.
Pourtant, Nicolaÿ signale à plusieurs reprise l’existence d’une route, ancêtre de la RN 144, passant par Urçay et Meaulnes, et conduisant de Saint-Amand à Montluçon. Cette voie, nommée “Grand chemin de Saint-Amand à Montluçon”, est bien représentée à la fin de l’Ancien Régime sur l’atlas Trudaine. Si son dessin est fidèle, elle passait à Meslon entre le château et l’étang alimentant le moulin, juste à l’emplacement de l’actuelle route nationale. Elle explique entre autre la présence d’un ancien relais de poste à Urçay, dit “Au lit on dort”, devenu comme partout “Au lion d’or”.

Trudaine2

Ce grand chemin, qui laisse de coté d’anciennes cités comme Ainay-le-Vieil, La Perche, Epineuil ou Vallon, témoigne de la nécessité de relier deux cités de la rive gauche du Cher en plein essor économique, Saint-amand et Montluçon, et de s’affranchir des péages sur le Cher qui compliquaient les communications et alourdissaient la fiscalité locale sur les marchandises.
Le XIXe siècle, avec la Restauration et le Second Empire, a plongé l’ancienne voie romaine dans un oubli presque complet, au point qu’on hésite aujourd’hui sur la situation de son tracé entre Orval et La Perche. Il est curieux de constater que l’autoroute A 71 recopie assez fidèlement le tracé de la première voie qui vit défiler les piétons, cavaliers et véhicules de l’Antiquité jusqu’aux guerre de religion.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans période moderne
commenter cet article

commentaires

Le chercheur de vos empreintes 24/06/2010 12:18


Les Géomètres des autoroute sont ils Romains dans l'âme ou calquent ils le tracé très logique des voies Romaines ?.. je ne sais mais souvent, nos voies rapide longent les traces de 2000 ans.

Question : Avez vous des photos de marque de tâcherons ?
Depuis quelques années, je chasse ces marques sur la pierre et je souhaiterais en faire une base de données accessible sur le blog. Merci d'avance


olivier Trotignon 26/06/2010 12:55



Hé hé, en fait, il y a des passages naturels dans le paysage. L'Homme étant fénéant de nature, il cherche le moindre effort, pour ses chevaux ou pour ses moteurs automobiles.


Pour les marques de tâcherons, je ne suis pas bien riche, voyez ma réponse sur Berry médiéval.


Excellente journée,


O.T.



Belingard 18/06/2010 10:00


sincèrement pas d'infos sur ces deux lieux de pèlerinages à partir du Limousin. Je connais en revanche un pèlerinage au Mont-Saint-Michel à partir de l'abbaye de Solignac. A noter aussi que l'ordre
de GrandMont, basé au nord de Limoges, était implanté jusqu'en Angleterre


sirius 18/06/2010 07:54


L'Atlas de Trudaine est le document qui m'a permis de retrouver avec précision la plupart des grands itinéraires ayant précédé l'actuel réseau routier de mon secteur. Malheureusement, il ne
comporte que les grands axes, et avait été demandé en vue de la refonte du réseau routier au XVIIIème siècle (il y eut 3 générations de cartographes Trudaine).

Donc, quand on étudie un secteur situé sur ou près d'un grand axe, on a de la chance! Sinon, il faut "faire sans". Les alignements sont aléatoires et on a parfois des surprises: ainsi, en mettant
bout à bout les feuilles du "Grand Chemin de Bourges à Sancerre", j'ai obtenu une sorte de spirale!

Merci de cette démonstration très instructive!


Bélingard 17/06/2010 09:38


bravo! c'est ce type de recherches qui nous permet de retrouver les cheminements médiévaux et donc d'être pertinent quand on parle des routes jacquaires qui sont multiples et variées. J'ai eu la
chance d'identifier l'une de ces voies il y a maintenant plus de dix ans
http://www.le-limousin-medieval.com/article-voie-limousine-de-saint-jean-ligoure-a-la-rochette-50288602.html


olivier Trotignon 18/06/2010 06:44



Je vois que vous avez beaucoup travaillé sur le pèlerinage de Compostelle.


Avez vous en Limousin des traces d'autres destinations, comme Conques ou Walshingham?



Présentation

  • : Le livre de Meslon
  • Le livre de Meslon
  • : étude de l'environnement archéologique, historique et naturel d'un lieu-dit en vallée du Cher.
  • Contact

visites


Visitor Map
Create your own visitor map!

 

  39600 visiteurs sont venus se promener autour de Meslon. Merci de leur visite!

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au Moyen-âge.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme;
- maisons-closes et prostitution en Berry avant 1946 (conférence déconseillée à un public mineur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr (#=@ / pour limiter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

NON aux éoliennes géantes


Non aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles en Berry du Sud!
Investissons dans des micro-centrales hydroélectriques sur les cours d'eau de la région.

Berry Médiéval

BM LOGO

Mon blog principal, consacré à l'histoire et au patrimoine du Berry et du Bourbonnais au Moyen-âge.

Les ânes de Meslon


Meslon est, en plus de son aspect historique et patrimonial, un lieu d'élevage d'ânes Grand Noir du Berry, qui portent ce toponyme comme affixe. Vous pouvez les retrouver sur le lien suivant: 
les ânes de Meslon

Histoire et cartes postales

paysan-ruthène

 

Mon nouveau blog, orienté sur le partage de photos et cartes postales anciennes pouvant être utiles à l'historien. Des photographies récentes illustrent des évènements contemporains.

A consulter sur le lien suivant:

Cartes postales et photographies pour l'Histoire