Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 10:53

cimetiere-Ainay1

Il serait exagéré de dire que je suis passé là des centaines de fois mais c’est pourtant bien la rue d’Ainay-le-Château que j’emprunte le plus quand mes affaires me conduisent dans cette petite ville et ce n’est que cet été qu’elles ont attiré mon attention, complètement par hasard.
Elles, ce sont cette multitude de petites croix blanches plantées dans le sable ocre du cimetière d’Ainay. J’ai tout de suite associé ce que je venais de découvrir à un cimetière militaire -même rigueur dans l’ordonnancement des sépultures- avant de comprendre qui étaient les malheureux inhumés à part des autres tombes. Je venais tout simplement d’entrer pour la première fois dans le carré réservé aux pensionnaires de la colonie psychiatrique d’Ainay-le-Château.
Ici, on les appelle les bredins -prononcez beurdin- et ils font depuis des dizaines d’années partie du paysage local. On les voyait beaucoup naguère déambuler le dimanche le long des routes du nord de la forêt de Tronçais. Simples d’esprit inoffensifs, ils sont logés dans des familles d’accueil dans les villages et les fermes des alentours. La plupart de ces hommes viennent, je crois, de région parisienne. Je ne m’étais jamais posé la question de savoir ce qu’ils devenaient après leur mort. On en voit des jeunes, des plus âgés, mais après?

cimetiere-Ainay2

C’est dans le cimetière d’Ainay que j’ai trouvé la réponse. Ils sont là, sous des petites croix de béton, leur nom et leur date de décès gravés sur une plaquette de plastique et il n’y a pour grande majorité rien d’autre. Pas une fleur, pas une plaque, pas l’ombre de ce qui pourrait donner l’impression que quelqu’un pense encore à eux, à part la direction de l’hôpital.
Vous me direz que les cimetières sont pleins de tombes à l’abandon mais c’est bien souvent le temps qui passe qui distend les liens avec les gens qui ont disparu alors que là, on a l’impression que ces malheureux étaient déjà oubliés avant de mourir, et que leur enterrement s’est limité à un acte administratif. Dans un monde où le sommet de la gloire individuelle est de collectionner les amis sur Facebook ou de toiser les gens du haut d’un véhicule tout terrain aux vitres fumées, on croise aussi des vies toutes simples, presque transparentes, qui ne laisseront de traces que dans un registre, dans le souvenir d’une famille d’accueil de campagne ou d’un personnel de santé.
Aucune tombe n’a plus de vingt-cinq ans. Au bout d’un quart de siècle, il faut bien laisser la place au suivant.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans histoire récente
commenter cet article

commentaires

le grizzly 11/07/2014 11:39

.... que j'emprunte le plus ......

oui je sais suis chiant : comme me dit souvent Clément !!!!

bien cordialement et merci pour tous les articles des blogs

olivier Trotignon 21/07/2014 21:10



Bravo pour votre acuité! Au fait, je me suis permis de vous citer lors de mon intervention sur le château du Vernet, et de rapporter aux auditeurs ce que vous racontait votre grand père.


Au plaisir!



sirius 01/09/2010 08:41


Je découvre cette réalité avec un mélange d'étonnement, de gêne et de tristesse...


olivier Trotignon 02/09/2010 07:10



Je vous avoue que je n'étais pas non plus à l'aise en sortant de ce cimetière. Les tombes sont en pleine terre, on visse un nouveau nom sur les croix quand on relève une ancienne sépulture pour y
lplacer une nouvelle dépouille et c'est tout. Il y a quand même une série de tombes plus soignées, toutes identiques, qui doivent appartenir à des pensionnaires dont la famille s'est souciée,
mais qui n'ont pas été rapatriés dans les caveaux familiaux.



Présentation

  • : Le livre de Meslon
  • Le livre de Meslon
  • : étude de l'environnement archéologique, historique et naturel d'un lieu-dit en vallée du Cher.
  • Contact

visites


Visitor Map
Create your own visitor map!

 

  39600 visiteurs sont venus se promener autour de Meslon. Merci de leur visite!

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au Moyen-âge.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme;
- maisons-closes et prostitution en Berry avant 1946 (conférence déconseillée à un public mineur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr (#=@ / pour limiter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

NON aux éoliennes géantes


Non aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles en Berry du Sud!
Investissons dans des micro-centrales hydroélectriques sur les cours d'eau de la région.

Berry Médiéval

BM LOGO

Mon blog principal, consacré à l'histoire et au patrimoine du Berry et du Bourbonnais au Moyen-âge.

Les ânes de Meslon


Meslon est, en plus de son aspect historique et patrimonial, un lieu d'élevage d'ânes Grand Noir du Berry, qui portent ce toponyme comme affixe. Vous pouvez les retrouver sur le lien suivant: 
les ânes de Meslon

Histoire et cartes postales

paysan-ruthène

 

Mon nouveau blog, orienté sur le partage de photos et cartes postales anciennes pouvant être utiles à l'historien. Des photographies récentes illustrent des évènements contemporains.

A consulter sur le lien suivant:

Cartes postales et photographies pour l'Histoire