Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 08:37


L'un des plus anciens vestiges construits de main d'homme dans le périmètre étudié est l'ancien aqueduc gallo-romain creusé pour amener l'eau de la fontaine de Meslon jusqu'au conciliabulum de Drevant. Cet aqueduc a été repéré à plusieurs endroits, en particulier dans un front de carrière entre Drevant et La Tranchasse, mais personne ne semble s'être jamais donné la peine de remonter jusqu'à son origine, qui ne pouvait se situer ailleurs que dans le vallon de Meslon. C'est au cours des premiers travaux de remise en état de notre maison que nous avons entrepris de remettre en état une ancienne retenue qui servait aux précédents occupants à alimenter en eau les étables et écuries de l'ancienne ferme. Le captage, récent, utilisait une sorte de canal ensablé et asséché, à quelques dizaines de centimètres au dessus du ruisseau. Eliminant les alluvions qui l'encombraient pour sa remise en service, nous nous sommes aperçus que ce canal était très soigneusement taillé dans le calcaire de la colline, et que sa pente était insignifiante, tout semblant indiquer qu'on avait à l'origine cherché à conserver l'étiage de l'eau de la source le plus haut possible. Il semble donc bien qu'il s'agisse là de la tête de l'ancien aqueduc qui conduisait une partie des eaux vers la cité sacrée de Drevant et que ces concepteurs, conscients de la faible dénivellation entre les deux sites, ont cherché à créer une sorte de "château d'eau" pour profiter au mieux de la force de gravité.

Le terme de "cité sacrée" n'a rien d'une licence littéraire. Drevant est un site remarquable dont la fonction initiale est souvent travestie par des gens qui s'acharnent à y voir une cité romaine organisée autour d'une arène ou s'étripaient des gladiateurs, comme dans les peplums. Le concept est porteur, voire vendeur, et est promu par des amateurs qui semblent mal percevoir la différence entre l'histoire antique et un certain folklore prospérant dans le sillage d'Astérix, Ben Hur ou plus récemment Gladiator. Rappelons que ces spectacles sanglants étaient le privilège des grandes villes des régions très romanisées, ce qui est loin d'être le cas de la région. Drevant présente de nombreuses similitudes avec d'autres sites archéologiques français classés comme espaces cultuels: isolés, éloignées des voies principales, comprenant les mêmes structures bâties (fana, théâtre, thermes), proches des limites de cités (Drevant n'est pas loin de la frontière entre les peuples Biturige, Arverne et Lemovice). Il n'y a aucune villa sur cette rive du Cher, alors qu'elle sont présentes sur la rive gauche de la rivière et dans la vallée de la Marmande. Drevant de toute évidence ne peut être la ville romaine que les anciens archéologues avaient pensé trouver - mais leur culture latine était si prononcée qu'il ne pouvait en être autrement. Il est dommage que la recherche du spectaculaire et du sensationnel qu'on déplore aujourd'hui occulte la richesse et la complexité des cultes indigènes pour lesquels ont été élevés les monuments de Drevant. Il est à noter que cette petite portion de l'antique aqueduc est le dernier de ces monuments qui est encore en fonction.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier Trotignon - dans antiquité
commenter cet article

commentaires

sirius 27/04/2009 14:10

Vous avez de la chance qu'une partie au moins de votre aqueduc soit à l'air libre. Nous avons à Veaugues un petit (cunette de 18 cm de large) aqueduc gallo-romain, qui a été repéré à plusieurs reprises lors de chantiers de maisons depuis 1850.

La topographie des lieux nous permet de situer sa source dans un vallon en amont, mais sans précision. Certaines sources se sont certainement taries, et il se peut aussi que la route actuelle ait été construite à l'emplacement de l'aqueduc.

Quant à l'établissement qu'il desservait, il ne pouvait bien évidemment qu'être en aval, mais aucun vestige gallo-romain n'a été repéré dans le bas du bourg, ni le long de la vallée plus bas.

Donc, l'aqueduc de Veaugues reste un mystère...

olivier Trotignon 05/05/2009 07:03


Très curieux, en effet. Peut-être s'agit-il de l'alimentation en eau d'un petit sanctuaire rural dissimulé par des bois ou des prés. 
Parfois, certains sourciers sont sensibles aux canalisations souterraines et peuvent aider dans le repérage des vestiges d'aqueduc. 


Présentation

  • : Le livre de Meslon
  • Le livre de Meslon
  • : étude de l'environnement archéologique, historique et naturel d'un lieu-dit en vallée du Cher.
  • Contact

visites


Visitor Map
Create your own visitor map!

 

  39600 visiteurs sont venus se promener autour de Meslon. Merci de leur visite!

 

Rechercher

Conférences

conférence

 

Dans l'objectif de partager avec le grand public une partie du contenu de mes recherches, je propose des animations autour du Moyen-âge et de l'Antiquité sous forme de conférences d'environ 1h30. Ces interventions s'adressent à des auditeurs curieux de l'histoire de leur région et sont accessibles sans formation universitaire ou savante préalable.
Fidèle aux principes de la laïcité, j'ai été accueilli par des associations, comités des fêtes et d'entreprise, mairies, pour des conférences publiques ou privées sur des sujets tels que:
- médecine, saints guérisseurs et miracles au Moyen-âge,
- l'Ordre cistercien en Berry;
- les ordres religieux en Berry au Moyen-âge.;
- la femme en Berry au M.A.;
- politique et féodalité en Berry;
- le fait religieux en Berry de la conquête romaine au paleo-christianisme;
- maisons-closes et prostitution en Berry avant 1946 (conférence déconseillée à un public mineur).
Renseignements, conditions et tarifs sur demande à l'adresse:
Berrymedieval#yahoo.fr (#=@ / pour limiter les spams)
Merci de diffuser cette information à vos contacts!

Archives

NON aux éoliennes géantes


Non aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles en Berry du Sud!
Investissons dans des micro-centrales hydroélectriques sur les cours d'eau de la région.

Berry Médiéval

BM LOGO

Mon blog principal, consacré à l'histoire et au patrimoine du Berry et du Bourbonnais au Moyen-âge.

Les ânes de Meslon


Meslon est, en plus de son aspect historique et patrimonial, un lieu d'élevage d'ânes Grand Noir du Berry, qui portent ce toponyme comme affixe. Vous pouvez les retrouver sur le lien suivant: 
les ânes de Meslon

Histoire et cartes postales

paysan-ruthène

 

Mon nouveau blog, orienté sur le partage de photos et cartes postales anciennes pouvant être utiles à l'historien. Des photographies récentes illustrent des évènements contemporains.

A consulter sur le lien suivant:

Cartes postales et photographies pour l'Histoire